Rapports aux institutions

Défendre le secteur et participer aux politiques publiques

La FéRue est engagée dans la co-construction des politiques culturelles publiques. Elle défend auprès des pouvoirs publics la nécessité de penser l’élaboration des politiques culturelles en commun avec les acteur·rices artistiques et culturel·les concerné·es pour prendre en compte la diversité des dimensions du secteur.

Elle défend les valeurs du Manifeste pour la création artistique en espace public et est particulièrement attachée à :

  • Défendre le décloisonnement de l’intervention publique, pour une prise en compte de nos disciplines dans toutes leurs dimensions.
  • Défendre la prise en compte des spécificités du secteur dans les politiques culturelles locales, départementales et régionales, et notamment dans l’élaboration et la refonte des dispositifs d’aide.
  • Défendre des financements publics adaptés aux structures dans leur montant, temporalité et versements, qui permettent de porter une véritable politique culturelle.
  • Défendre les libertés de créer, de manifester et de s’exprimer dans l’espace public, en particulier dans le contexte actuel de restrictions et de privatisation des espaces communs.
  • Défendre la place de la création artistique en espace public dans la fabrique commune de la ville et du territoire, plus précisément avec la proposition du 1% Travaux Publics qui vise à consacrer 1% du coût des travaux d’aménagement et de travaux publics pour la création artistique en et dans l’espace public.
  • Défendre l’égalité entre les femmes et les hommes dans le secteur des arts de la rue, notamment dans les programmations, les postes et les rémunérations.

Pour une meilleure connaissance du secteur

Au quotidien, la FéRue fait valoir auprès des institutions et des collectivités franciliennes les besoins du secteur des arts de la rue et de l’espace public en Île-de-France.

Elle contribue ainsi :
  • à une meilleure (re)connaissance de celui-ci ;
  • à l’élargissement des dispositifs de financements ;
  • à l’organisation de temps forts permettant de mettre en avant les avancées politiques, culturelles et artistiques des arts dans l’espace public : organisation des Rues Libres, de rencontres professionnelles, de temps d’informations, de formations ;
  • soutien ses adhérent·es.
 

Pour ce faire, la FéRue travaille à partir de données du terrain, remontées grâce à un travail d’enquête au travers du dispositif Observation Participative et Partagée, mais aussi des retours des adhérent·es ou sympathisant·es actif·ves dans les groupes de travail ou de la rédaction de plaidoyer et de manifestes.

 

La FéRue, partie prenante de l’intersectionnalité

La FéRue participe activement au réseau national et inter-régional des arts de la rue. Elle contribue ainsi chaque année aux événements du réseau des arts de la rue comme les rencontres inter-régionales des fédérations et les Universités Buissonnières des arts de la rue, co-organisées avec la Fédération Nationale des Arts de la Rue.

Elle s’investit au sein de la Maison des Réseaux Artistiques et Culturels, lieu professionnel et solidaire, porteur de dynamisme et d’action, ouvert à la connaissance et à l’échange. Pour renforcer la mutualisation de moyens entre organisations dans les domaines de l’art et de la culture et poursuivre son travail dans une démarche collaborative, la FéRue est membre de l’antenne francilienne de l’UFISC, l’UFISC en Île-de-France. 

Dans le même sens, elle participe à la réflexion sur la mutualisation et la co-organisation de l’événement Pop Mind

 

Tout au long de l’année, la FéRue échange avec plusieurs partenaires, notamment le réseau Risotto et le Collectif des Associations Citoyennes.

 

Les adhérent·es et non adhérent·es peuvent intégrer la commission et participer à son avancée,
contactez-nous si vous souhaitez participer aux réflexions !