Égalité Femmes-Hommes dans les arts de la rue

Depuis 2019, quatre fédérations régionales des arts de la rue (Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France, Nouvelle-Aquitaine et Normandie) se sont associées dans le cadre d’une commission inter-régionale pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans les arts de la rue. La commission compte désormais la fédération des arts de la rue en Hauts de France et la Fédération Nationale des Arts de la Rue 

La commission vise à permettre l’égal accès des femmes et des hommes aux postes de responsabilité, aux lieux de décision, aux moyens de production, aux réseaux de diffusion, à la visibilité médiatique. Elle entend déconstruire les représentations genrées, tant dans l’expression artistique que dans l’organisation du travail. Elle souhaite valoriser la création féminine dans son champ artistique, influer sur les politiques publiques et une juste répartition des subsides, améliorer la capacité d’agir sur les parcours professionnels à travers la baisse des inégalités et la mise en place de nouvelles pratiques.

Notre objectif

L’objectif principal est d’agir dans le but d’obtenir plus d’équité. Pour ce faire, nous :

  • Exerçons une veille sur les questions de harcèlement sexiste et sexuel dans nos métiers ;
  • Enquêtons et produisons des états des lieux qualitatifs et quantitatifs ;
  • Communiquons auprès des professionnel·les et du grand public via la publication de ces chiffres ;
  • Sensibilisons par le biais d’actions sur les festivals Arts de la Rue et autres temps forts dans nos secteurs ;
  • Construisons des formations à destination de nos adhérent·es.

Le comptage

Comptons-nous ! Comme dans toutes les autres disciplines, les femmes créatrices souffrent d’une méconnaissance de leur travail. Les spectacles sont peu accompagnés dans la co-production, le préachat et la diffusion de leurs créations est mince comparée à celle des hommes. C’est la raison pour laquelle les fédérations travaillent à rendre visible cette invisibilité en documentant les inégalités de manière chiffrée. Et ces chiffres sont sans appel. Il est souvent répondu, lors des choix de programmation et de l’octroi des subventions, que ce n’est pas le ou la porteuse de projet mais le contenu qui prévaut. Or, au regard des chiffres présentés, cela revient à considérer que les femmes sont moins talentueuses que les hommes. C’est une ineptie évidente. 

Nous avons publié en mars 2020 une première enquête et faisons deux constats majeurs :
  • La majorité des aides est attribuée à des compagnies dirigées par un ou des hommes ;
  • La moitié des programmations étudiées en 2019 compte moins de 20% de représentations portées par des compagnies dirigées par une ou des femmes. 
 
Les chiffres seuls ne suffisent pas. Convaincu·es de la nécessité d’organiser des temps forts, des rencontres, nous voulons adresser le sujet au plus grand nombre et ce dans le cadre de différents rendez-vous : les Universités Buissonnières des arts de la rue, les rencontres inter-régionales, Pop Mind, dans les festivals… Suivez les actualités de la commission, rejoignez-là, participez-y : elle est ouverte !
Les adhérent·es et non adhérent·es peuvent intégrer la commission et participer à son avancée,
contactez-nous si vous souhaitez participer aux réflexions et à l’organisation de ces événements !