SOMMAIRE :

PROMOUVOIR L’IMAGE ET LE DÉVELOPPEMENT DE LA CRÉATION EN ESPACE PUBLIC


 

LA VIE ASSOCIATIVE ET LA STRUCTURATION DU RÉSEAU

  • LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

- PRÉSENTATION

En 2009, le Conseil d’administration de la Fédération des arts de la rue en Île-de-France est constitué de 16 membres. Le bureau est composé de 3 membres : président, trésorier, secrétaire. Le CA est représentatif du réseau professionnel puisqu’il est composé de 7 directeurs artistiques, 4 chargées de production, 2 chargée de diffusion, 2 programmatrices,  1 administrateur. Deux administratrices ont dû présenter leur démission du CA en cours d’année pour déménagement hors IDF.

- LA MOBILISATION DU CONSEIL D’ADMINISTRATION

Le Conseil d’administration s’est réuni une fois par mois afin de faire le bilan des actions passées, de décider des orientations à prendre, de faire le point sur l’actualité du secteur.
Des groupes de travail se sont constitués au sein du CA, missionnés sur des tâches précises (représentation politique du réseau, groupe de travail « site internet » et réflexion sur les outils de communication de la Fédération, groupe de travail rencontre Espace(s) Public(s) le 27 mars à l’Hôtel de Ville, groupe de travail rencontres Seine Saine Denis, organisation des interviews « Mais que font les élus? », etc).
  • LES ADHÉRENTS

- PRÉSENTATION

En 2009, la Fédération des arts de la rue en Île-de-France compte 101 adhérents (progression de 20% par rapport à l’année précédente soit 73 adhésions individuelles et 28 adhésions de structures. Les professions représentées parmi les adhérents individuels sont les suivantes : directeur artistique, chargé de production, chargé de diffusion, administrateur, directeur technique, comédien, musicien, danseur, éditeur, scénographe, responsable culturel, médiateur culturel, chercheur, magistrat, avocat. Les structures adhérentes sont composées de compagnies, d’un centre national des arts de la rue, d’un lieu de formation, d’un collectif de compagnies et d’une collectivité locale.

- LA RELATION AUX ADHÉRENTS

La relation aux adhérents est entretenue par l’envoi mensuel d’un bulletin d’information récapitulant le bilan des actions passées, les synthèses des différents rendez-vous effectués (réunions avec les partenaires, conseil d’administration, etc.) et annonçant les prochaines actions organisées. Ce bulletin d’information donne également des informations générales sur la vie du secteur (formations, conférences etc).
Des rendez-vous collectifs réunissant partie ou ensemble des adhérents sont également mis en place. Ils ont pour objectifs de connaître les différentes actions menées sur le territoire, de faire un état de l’avancée des projets en cours, de discuter des orientations à prendre, d’avoir une parole forte et cohérente vis-à-vis des partenaires respectifs. Ces rendez-vous peuvent également avoir pour but de dresser un bilan d’une action réalisée.

- LA MOBILISATION DES ADHÉRENTS

Les adhérents participent activement aux actions menées par la Fédération IDF.
La mobilisation prend différentes formes. Elle peut passer par la participation à un groupe de travail missionné pour mettre en place une rencontre professionnelle (définition des contenus, de la forme de la rencontre, choix et coordination des intervenants, etc). Elle peut aussi prendre la forme d’une participation artistique dans le cadre de la mise en place d’une troupe éphémère, ou d’un soutien logistique dans le cadre d’une action.

- L’OUVERTURE DU RÉSEAU

Il est également intéressant de souligner que les membres de ces troupes éphémères et groupes de travail ne sont pas uniquement des adhérents de la Fédération IDF. Cette ouverture du réseau est bénéfique pour la Fédération IDF. Elle ouvre des perspectives, permet de nouveaux échanges et à terme génère de nouvelles adhésions. (+ 20% en 2009)

- LES OUTILS DE COMMUNICATION

Une liste de diffusion réunissant l’ensemble des adhérents franciliens permet d’échanger régulièrement sur les problématiques du secteur, de diffuser des annonces et des informations ponctuelles.
Durant l’année, le Conseil d’administration a confirmé la diffusion la plus large possible de ce bulletin d’information, via le développement de groupes et de listes pour l’envoi d’emails en nombre.
La plaquette orange de présentation de la Fédération IDF continue d’être diffusée à différents endroits clefs, pour favoriser la connaissance de la Fédération ainsi que les adhésions.
  • L’ASSOCIATION

- L’ACCUEIL D’UN STAGIAIRE

Le 21 septembre 2009, la Fédération IDF a accueilli pour une durée de 3 mois un stagiaire en cours de formation en management culturel à l’université de Trente (Italie). La Fédération IDF a indemnisé ce stagiaire, à hauteur de 30% du SMIC. Ce stage étant très positif, le Conseil d’administration du 7 décembre 2009 a décidé de prolonger son stage pour une durée de 4 mois supplémentaires.

 

PROMOUVOIR L’IMAGE ET LE DÉVELOPPEMENT DE LA CRÉATION EN ESPACE PUBLIC

 

    • LES ACTIONS

- À L’ÉCHELLE DU DÉPARTEMENT

Les rencontres professionnelles départementales permettent de sensibiliser les décideurs de la vie culturelle du territoire aux arts de la rue en leur présentant les particularités, la richesse, l’économie du secteur. Elles cherchent également à mettre en relation les compagnies et les décideurs culturels. Enfin elles tentent de susciter des collaborations artistiques et culturelles à l’échelle du territoire investi. Il demeure difficile d’évaluer précisément les retombées concrètes de ces rencontres. Cependant, de nombreux retours du terrain semblent attester que ces rencontres professionnelles sont de véritables leviers favorisant les initiatives et projets territoriaux.
Ces rencontres qui se montent en partenariat avec les acteurs départementaux permettent de générer des alliances durables et structurantes avec ces derniers. Lors de chaque rencontre, une mallette pédagogique (document présentant les arts de la rue en IDF, incluant un annuaire des professionnels, rédigée et mise à jour par la Fédération est distribuée à chaque participant.

- ATELIERS THEMATIQUES SUR LES ARTS DE LA RUE EN SEINE SAINT DENIS (30 JANVIER 2009)

Le 30 janvier 2009, dans la continuité de la rencontre régionale du 31 janvier 2008 à Aubervilliers, s’est tenu un atelier sur les Arts de la rue en Seine Saint Denis, organisé avec le soutien du Conseil général et qui sera suivi d’un 2d atelier. Il s’agissait d’aborder concrètement la question de la transversalité interservices des projets Arts de la rue, dont les acteurs sont amenés à collaborer avec différents services des collectivités (services techniques, service communication, service urbanisme, espaces verts, outre les services culturels). L’atelier a pris la forme d’une table-ronde, avec Francis Lepape, Directeur général adjoint de la Ville de Bagnolet et Thierry Malvoisin, directeur technique, formateur-intervenant et consultant culturel spécialisé en espace public (collectivités territoriales, entreprises culturelles et compagnies). Elle a été suivie d’une discussion ouverte avec la cinquantaine de participants (Directeurs des affaires culturelles, élus à la culture, responsables des services techniques, professionnels du Département) venus nourrir de leur témoignage la réflexion sur cette thématique.
Cette journée a fait l’objet d’un compte-rendu détaillé mis en ligne sur le site de la Fédération IDF.
(10 AVRIL 2009)
L’atelier thématique sur les Arts de la rue en Seine Saint Denis « Arts de la rue et projets intercommunaux » a rassemblé une quarantaine de personnes le 10 avril au matin (9h30-12h30 suivi d’un repas) à la Maison des associations du Pré Saint Gervais. Les intervenants étaient Claude Lechat, Directeur des affaires culturelles de la Ville de Pantin, Carlos Semedo, responsable du service de la vie associative et des relations internationales de la Ville d’Aubervilliers et Alexandre Ribeyrolles, directeur de la compagnie « La Constellation », programmateur du festival « Ah ! Les beaux jours » en Essonne. La rencontre a été modérée par Bernard Bellot.
Il y a été question de la conception et la mise en œuvre de projets intercommunaux : les démarches spécifiques qu’ils impliquent auprès des habitants, la relation au territoire qu’ils développent, les obstacles administratifs, et politiques, qu’ils peuvent rencontrer. Plusieurs exemples de projets ont permis de nourrir la discussion : « RN 2000 », « En Plaine hiver », « Ah les beaux jours ! ».
  • À L’ÉCHELLE DE LA RÉGION

- LA JOURNÉE NATIONALE DES ARTS DE LA RUE (24 OCTOBRE 2009)

Dans le cadre de la 3ème édition de Rue libre, le 24 octobre 2009 s’est tenue dans toute la France la deuxième journée nationale des arts de la rue. Cette mobilisation militante initiée par la profession a pour objectifs de promouvoir la richesse et la diversité des arts de la rue, d’interpeller la société et les autorités sur la place de l’art en espace public, de revendiquer la défense d’une vision de la ville ouverte à la création artistique, à la liberté d’expression, à la rencontre citoyenne, au partage. Dans le contexte de la fin symbolique et calendaire du Temps des arts de la rue, Rue Libre ! se veut également une impulsion vers de nouvelles perspectives.  Comme en 2008, la journée s’est découpée en plusieurs moments.
A 11h11, a eu lieu l’action collective Rue Libre ! Sur le terre-plein au pied de l’Assemblée Nationale, deux groupes d’une cinquantaine de personnes camouflées en touristes se sont rejoints, formant une troupe éphémère bien décidée à célébrer l’inauguration de Rue libre ! Le manifeste a été lu en direct pour la radio Rue libre par le poisson pilote, et déposé à la craie comme sur un cahier de doléances pour les « Elus de la rue publique » sur le goudron du parvis.
A noter la participation à cette action manifestive de « coupé de ruban » de Patrick Bloche (député maire du 11ème arrondissement, membre du groupe d’études parlementaires sur les arts de la rue), Bernard Legendre, chargé de mission auprès de Francis Parny, Alain François élu à la culture de l’Ile-Saint Denis. Jean Digne, Louis Joinet, Stéphane Simonin, Rémy Bovis, étaient également parmi nous.
Des images de la banderole vivante (11 torses peints avec les lettres « Rue libre ! ») ont été publiées sur www.20minutes.fr et www.rue89.com.
Sur l’ensemble de la journée, essentiellement l’après midi et le soir, dans tout l’Ile-de-France, à Paris, Villejuif, Ivry, Grigny, Malakoff, Colombes, Le Bourget, Montreuil, Bagnolet, Noisy le Sec, Romainville, une quinzaine d’actions ont eu lieu à l’occasion de Rue libre !
La Fédération IDF a assuré la coordination des comptes-rendus (photo, vidéo, radio…) de ces actions pour leur mise en ligne sur le site www.ruelibre.fr
En Île-de-France, la mobilisation s’est construite grâce à des réunions collectives visant à définir l’action dans sa globalité. Des groupes de travail ont également été constitués missionnées sur les aspects techniques, l’écriture de l’acte artistique, la coordination de l’événement. Tous les participants ont été invités à participer au bilan de la journée.
Le plan de communication de la mobilisation francilienne s’est construit en collaboration avec la Fédération nationale des arts de la rue (dossier de presse, communiqués).

- LA RENCONTRE ESPACE(S) PUBLIC(S) LE 27 MARS A L’HOTEL DE VILLE DE PARIS

La journée de rencontre du vendredi 27 mars, de 9h00 à 18h00 à l'Hôtel de ville de Paris a  réuni plus de 250 personnes : professionnels de tous horizons, services municipaux, urbanistes, architectes, acteurs associatifs, journalistes, universitaires, plasticiens, étudiants, compagnies... sans oublier les représentants institutionnels : Christophe Girard (Maire adjoint à la Culture de la Ville de Paris), Francis Parny (Vice-Président à la Culture de la Région Ile-de-France) et Thierry Pariente (Délégué au théâtre, DMDTS).
Le carton d’invitation et le programme de cette journée ont été imprimés et envoyés à plus de 2000 contacts, en priorité élus et services culturels des mairies de toute l’Ile de France. Les adhérents ont relayé l’information auprès de leurs élus et les services de leurs municipalités.
Le programme de cette journée s’articulait entre séances en plénière et 6 tables-rondes réunissant des intervenants issus des arts de la rue, de l’urbanisme, de l’architecture, d’institutions ou d’autres secteurs associatifs,: « De la parole intime à la parole publique », « Via Economica : quelle valeur ajouter ? », « Droit de Cité ou fausse commune ? », et « Dieu est une femme comme les autres », « Paris métropole : inventer le territoire », « Repousser les murs ».
Cette journée a été un bel exemple de réalisation collective car chacun a mis du sien pour l’organisation de cette journée : troupe éphémère, musiciens, accueil des participants, aide à la tenue de la caisse, prises de note, aide sur le buffet, montage, démontage, etc. Merci à tous ceux qui ont mis la main à la pâte !
Le compte-rendu sonore et textuels de cette rencontre et notamment des 6 tables rondes thématiques qui ont réuni 19 intervenants est sur le nouveau site de la Fédé IDF.
  • LES TEMPS D’INFORMATION

- REUNION D’INFORMATION ET DE REFLEXION SUR LES CONVENTIONS COLLECTIVES LE 5 MARS DE 10h00 à 13h00

Cette réunion d’information et d’échange sur les nouvelles conventions collectives (celle dite du secteur « privé » et celle du secteur « public ») a réuni une trentaine de participants autour de Serge Calvier (administrateur de la Fédération Ile-de-France, vice-président délégué aux questions sociales de la Fédération nationale) et Yannis Jean (délégué général du Syndicat du Cirque de Création - syndicat qui participe aux négociations des nouvelles conventions).
Les participants étaient pour la plupart issus d’Ile-de-France mais aussi d’autres régions (via l’information sur cette réunion diffusée sur la liste du pôle d’administrateurs). Ils ont pu faire connaissance, échanger leurs questions, leurs pratiques et leurs réflexions sur le sujet. La matinée s’est prolongée d’une séance de travail l’après-midi avec une quinzaine de personnes. Cette journée a permis d’aborder plusieurs points saillants pour la prise en compte des spécificités des artistes de rue dans ces conventions, essentiellement dans celle dite du secteur privé dont relèveront 95% des professionnels des Arts de la Rue.

- Le 7 décembre 2009, l’« Apérue n°1»

Temps d’information et d’échange informels a été organisé par la Fédé IDF, réunissant une soixantaine personnes, et pas seulement des anciens de la Fédé… également des jeunes compagnies venues prendre contact avec le réseau.
Outre l’occasion d’échanges informels autour d’un verre, cet Apérue a été l’occasion de présenter le nouveau site internet et de parler du questionnaire d’observation participative et partagée 2008, auxquelles toutes les compagnies franciliennes d’arts de la rue, adhérentes ou non, sont invitées à répondre avant le 11 janvier 2010. L’opération Apérue sera reconduite en 2010.
  • DÉVELOPPEMENT DU RÔLE D’APPUI ET D’ÉCHANGES AUPRÈS DES POUVOIRS PUBLICS

- LA DRAC IDF

La Fédération IDF a poursuivi son travail auprès de la DRAC IDF afin de permettre une meilleure prise en compte du secteur par l’institution.
Dès janvier 2009, face à l’hécatombe qui se profilait en terme de diffusion sur le territoire francilien en 2009, les administrateurs de la Fédération ont souhaité tirer la sonnette d’alarme auprès de la DRAC, rappelant les perspectives : annulation de 220 représentations sur la saison 2009, correspondant à environ 1 100 000 euros de budget. Ils ont souligné les conséquences catastrophiques de cette évolution pour le secteur déjà très fragile en Ile-de-France. Néanmoins, sachant que l’Etat se désengage de la diffusion, a été évoqué le besoin de renforcer les autres formes de soutien de l’Etat aux compagnies, notamment via les aides à la création ou à la résidence. Sur ce point, le nombre insuffisant de dossiers Arts de la rue déposés auprès de la DRAC a été rappelé, et ce alors même que la qualité et le travail de nombreuses compagnies leur permettraient parfaitement de prétendre à un conventionnement.  (La Fédération IDF a ainsi produit une fiche financements didactique sur le dépôt de dossiers de subvention).
Devant cette situation de crise, les administrateurs ont évoqué la nécessité de pouvoir organiser un tour de table réunissant, outre les services de la DRAC, les acteurs de la Région et des départements franciliens engagés dans une politique de diffusion, afin d’envisager collectivement de nouvelles perspectives. (voir Tour de table du 24 mars)
En décembre 2009, aux côtés d’autres organisations représentatives de spectacle vivant de l’UFISC IDF, elle a adressé un courrier du directeur régional des affaires culturelles pour demander à participer à la Conférence permanente régionale du spectacle vivant.
Parallèlement, la Fédération IDF a encouragé ses adhérents à déposer des demandes de subvention auprès de la DRAC IDF, demandes encore trop peu nombreuses.

- LE CONSEIL RÉGIONAL IDF

Tout au long de l’année, la Fédération IDF a maintenu son action auprès de la Région IDF. Plusieurs demandes ont été à nouveau présentées : soutenir la structuration du secteur par le biais du dispositif Emploi Tremplin, réfléchir à la création d’un dispositif d’aide à la diffusion négocié visant à soutenir les festivals mais aussi d’autres formes de diffusion des arts de la rue. Il en est ressorti une vigilance particulière de la Région aux dossiers Arts de la rue, secteur toujours sous-représenté. Parallèlement, la Fédération IDF a produit une fiche financements didactique sur le dépôt de dossiers de subvention.
La Fédération des arts de la rue IDF a également participé aux groupes de travail réunis autour de l’évaluation du dispositif de Permanence Artistique et culturelle et aux comités de réflexion montés par Francis Parny pour faire évoluer ce dispositif.
En décembre, elle a rencontré Rachel Khan, conseillère Culture auprès de Jean-Paul Huchon.

- ARCADI

La Fédération IDF a participé à plusieurs rendez-vous avec Arcadi, auprès duquel elle a continué de demander la prise en compte des arts de la rue, dans le contexte du nouveau projet d’établissement du nouveau directeur, et pas seulement au sein du Pôle ressource présenté comme pluridisciplinaire.

- LA VILLE DE PARIS

En 2009, la Fédération IDF a poursuivi son travail de lobbying auprès de la Ville de Paris visant à défendre la prise en compte des préconisations rédigées par la Fédération IDF, à la veille des élections municipales. Elle a par ailleurs continué de concrétiser la réflexion sur les moyens à trouver pour faciliter les relations avec la Préfecture.
Durant tout le premier trimestre, la Fédération IDF a travaillé à mettre en place une grande rencontre régionale sur les Arts de la rue dans les salons de l’Hôtel de Ville - projet soutenu par la Ville de Paris.
A l’automne, la Fédération a interpellé la Ville sur la question des baisses de crédits Jeunesse à plusieurs festivals d’arts de la rue (Printemps des rues, Onze Bouge, Nocturbaines, Coulée douce). Elle a demandé leur compensation par le service culturel, ce qui semble compromis pour 2009 mais devrait être effectif en 2010.

- L’ATELIER PARISIEN D’URBANISME

Contactée par cette agence, la Fédération IDF a contribué à plusieurs réunions de travail, entretiens qualitatifs et études chiffrées sur l’offre culturelle dans la zone de Paris métropole. Elle a coordonné la transmission de contacts, de documents sur les spécificités des arts de la rue et leurs atouts en territoire urbain, d’échantillons de données (localisations des représentations de 6 compagnies franciliennes) et de données générales sur le secteur.

- LES COLLECTIVITÉS LOCALES

En 2009, la Fédération IDF a poursuivi la diffusion de cartes postales (et badges) Rue libre, destinées à être envoyées massivement, notamment par le public des festivals, aux municipalités franciliennes, campagne lancée sur le plan national par la Fédération nationale.

- LE TOUR DE TABLE DU 24 MARS

Ce tour de table interinstitutionnel organisé par la Fédération IDF et accueilli dans les locaux d’HorsLesMurs a constitué une première.
Il a réuni 16 représentants de la DRAC IDF, la Région IDF, le Conseil général de Seine et Marne, des Yvelines, de l’Essonne, des Hauts de Seine, de Seine Saint Denis, du Val de Marne, du Val d’Oise, de la Ville de Paris et d’HorsLesMurs.
Il permis de faire le point sur le secteur, ses réalités, ses évolutions, ses urgences sur l’Ile-de-France, en premier lieu le manque de réseaux de diffusion conséquents sur lesquels s’appuyer. Chaque institution a pu faire le point sur ses propres perspectives à développer par rapport au secteur.
Un bilan a été envoyé à tous les participants à la réunion.
Cette première occasion d’échange et de rencontre inter-institutionelle a été très positive pour la Fédération IDF et sera reconduite en 2010.
  1. LES MOBILISATIONS COLLECTIVES

En 2009, la Fédération IDF a participé, aux côtés de nombreuses organisations, notamment les organisations franciliennes de l’UFISC IDF au relais d’appel à mobilisations collectives nationales rassemblant l’ensemble du secteur de la Culture. Elle a fait fabriquer une banderole de manière à ce que ses adhérents puissent se rassembler. La Fédération a également relayé l’appel à soutien du collectif Les Mêmes, installé depuis plusieurs années à l’Hôpital Charles Foix d’Yvry sur Seine et menacé d’expulsion, qui devrait obtenir gain de cause en fin d’année 2009.

  1. LES NOUVEAUX CHANTIERS

- LE DEVELOPPEMENT DES OUTILS DE COMMUNICATION

En 2009, un nouveau site internet spécifique de la Fédération des arts de la rue IDF a été créé, sa création a été confiée à un webmaster professionnel, familier du travail des compagnies d’arts de la rue. Le site www.federationartsdelarueidf.org a été inauguré le 7 décembre 2009. La Fédération IDF veille à son bon référencement sur internet et sur les sites partenaires, annuaires, etc.
Parallèlement, la Fédération IDF a poursuivi l’amélioration de ses moyens de communication (fichier de contacts, bulletin d’information), et de restitutions de toutes les rencontres et réunions (à travers des textes, photos, des captations sonores, etc), sensible par rapport à la rencontre du 27 mars par exemple.

- LE DÉVELOPPEMENT DES OUTILS D’ÉVALUATION

En 2009, la Fédération IDF a participé au groupe de travail réunissant les organisations franciliennes membres de l’UFISC d’Observation participative et partagée, visant la sensibilisation des adhérents sur cette méthodologie d’enquête et la production d’un questionnaire commun. Pour la Fédération IDF il y a urgence à réunir des données fondamentales sur le secteur des arts de la rue en IDF (nombre de représentations, nombre de compagnies conventionnées, nombre d’emplois générés par le secteur, etc). La Fédération IDF a diffusé ce questionnaire, qui concerne les données 2008, via son site internet en décembre auprès des compagnies franciliennes, adhérentes et non adhérentes.
Parallèlement, la Fédération IDF a développé tout au long de l’année des outils de suivi des subventions attribuées aux arts de la rue à l’échelle de la Région (tableau excel, mis à jour en 2009 pour ce concerne la Région IDF - PAC, emplois tremplins, aide aux réseaux, aide aux manifestation, aide aux festival- la DRAC, Arcadi, La Ville de Paris).

- MAIS QUE FONT LES ELUS ?

En vue de conforter le lien avec les élus à travers des moments atypiques de rencontre entre les professionnels des Arts de la rue et des acteurs du monde politique, la Fédération a entamé en 2009 son cycle de rencontres filmées « Mais que font les élus ? ».
Il s’inscrit dans la continuité du cycle de rencontres « Mais que font les artistes ? » organisée par la Fédération IDF en 2007 et 2008.
Ce cycle a débuté avec une première interview de Francis Parny, qui sera suivie de plusieurs autres en 2010, à commencer par Patrick Bloche, député maire du 11e arrondissement, le 14 janvier. Ces vidéos sont mises en ligne sur internet, visionables selon un format et une durée adaptés à ce média.