Contexte

Le travail de réflexion mené tout au long de cette dernière année de mandat a permis de faire émerger l’envie de refonte du mode de gouvernance, vers une plus grande ouverture (aux adhérents, aux autres intervenant dans l’espace public…). La première étape concrète a été l’écriture collective du projet 2018 de la Fédération des Arts de la Rue IDF, le 17 mars 2018. Ce jour-là administrateur.trice.s du CA, adhérent.e.s et sympatisant.e.s se sont retrouvé.e.s pour co-écrire les grandes lignes de la feuille de route 2018 détaillée dans ce document. La Fédération des Arts de la Rue en Île-de-France poursuivra son activité associative en développant ses chantiers internes et la feuille de route partagée avec les organisations de l’Ufisc en Île-de-France. L’entretien des relations avec les institutions et les collectivités majeures du territoire, la formation des adhérents et l’organisation d’actions de revendications et d’interpellation constitueront des missions que la Fédération reconduira et approfondira cette année. Le Conseil d’Administration se réunira mensuellement sur des temps allant de quelques heures à une journée en fonction de l’ampleur des chantiers en cours. Le Bureau, outre son rôle exécutif de gestion courante de la Fédération, accompagnera la coordinatrice et la.le stagiaire. La Fédération IDF s’impliquera dans les diverses actions et commissions de la Fédération Nationale où siègera un.e délégué.e élu.e par le CA IDF.

PERSONNALITÉ DE LA FÉDÉRATION

Cette réflexion, souhaitée lors de la première partie de l’Assemblée Générale du 17 mars, s’organise en 6 axes principaux. Elle a pour objectif de poursuivre le travail déjà accompli sur le modèle de fonctionnement interne de l’association et d’ouvrir de nouveaux chantiers sur ce que représente la Fédération pour nos adhérents et nos partenaires. Pour résumer : qui sommes nous, que sommes nous ?

Cette partie du projet 2018/2019 de la Fédération présente des préconisations, des suggestions et des orientations pour le futur Conseil d’Administration. A lui de hiérarchiser en début de mandat les actions prioritaires et les chantiers "fil rouge" à tenir sur le plus long terme.

1- Quelle militance ? Quel activisme ?

Militance : qualité de celui qui lutte, qui défend une cause.
Activisme : forme de militantisme qui privilégie l’action, quitte à braver la loi.

Nous estimons aujourd’hui que les enjeux ne sont plus exactement les mêmes. Sans abandonner le lobbying auprès des institutions, il est important de faire en sorte que la Fédération soit au plus près des problématiques des compagnies, des artistes des lieux de création et autres acteurs du secteur. Nous devons lutter contre les tentations de l’entre soi et nous rapprocher d’autres disciplines/professions qui s’épanouissent aussi dans la rue. Nous devons rester connectés aux luttes et aux problématiques globales de notre société qui, par ricochets, se reportent sur notre profession.

Nous proposons qu’un-e administratrice-teur assure une veille politique pour le Conseil d’Administration afin de le tenir informé des luttes en cours et savoir à quel point la Fédération doit s’y impliquer. Cet-te administratrice-teur sera directement en lien avec la commission "Prise de rue" pour l’élaboration des "rueS libreS".

2- Quelle politique d’adhésion, d’inclusion ?

Adhésion : approbation réfléchie.
Inclusion : action d’inclure quelqu’un dans un tout.

Afin de renouveler les forces vives et de découvrir perpétuellement de nouvelles façons de « faire la rue », nous encourageons les nouveaux élus à mener une réflexion autour de la question de l’adhésion. Quel prix ? Quel engagement associé ? Des adhésions non professionnelles pour les « sympathisants », adhésions du public ? Nous pourrions par exemple ouvrir ce chantier en lien avec d’autres fédérations.

Pour rendre concret l’engagement à la Fédération sans forcément être élu au CA, nous invitons le nouveau Conseil d’Administration à définir avant chaque réunion des commissions de travail, le cadre du pouvoir de décision de ces dernières. Quitte, par exemple, à poser avant chaque commission une question claire qui devra trouver une réponse à la fin du temps de travail dédié.

3- Quels APÉRUES ?

Apérue : temps d’échange informel et convivial pour les professionnels des arts de la rue franciliens, ou de passage : artistes, techniciens, administrateurs, chargés de diff... Adhérents ou non adhérents de la Fédération, novices, vieux sages, révolutionnaires, réformistes, etc.

Afin d’éviter le trop plein de réunions, souvent démobilisateur, nous encourageons à poursuivre les Apérues et à les délocaliser un maximum tout en y associant un temps de réflexion court (maximum 1h) et une prise de décisions finales (allant de l’écriture d’un communiqué, à la mise en pratique d’un nouveau projet).

Afin de faire converger les chantiers, nous proposons, pour chaque Apérue, de se fixer l’objectif de 10 invité.e.s nouveaux.elles inconnu.e.s de la Fédération et la mise en place d’un système d’invitations plus large.

4- Comment communiquer ?

Communiquer : rendre commun à, faire part de, transmettre.

Nous souhaitons que le chantier de la refonte de la communication de la Fédération Ile-de-France soit mené à terme sur ce mandat. A savoir repenser notre charte graphique (en lien ou non avec le travail concomitant de la Fédération Nationale), repenser le logo de l’association, se poser la question du nom et de notre newsletter. Libre au prochain Conseil d’Administration d’ouvrir une réflexion encore plus vaste sur l’identité de la Fédération.

5- Quelle solidarité ?

Solidarité : lien social d'engagement et de dépendance réciproques entre des personnes, généralement d’un même groupe, liés par une communauté de destin.

Associé à ce chantier, nous souhaitons repenser le concept de la liste IDF. A quoi sert-elle ? Comment doit elle fonctionner ? Se suffit-elle à elle même ? Dans l’idée d’une liste de solidarité, de mutualisation, de partage d’information, quel est l’outil le mieux adapté ? Le nouveau Conseil d’Administration devra se pencher sur le chantier d’une plateforme de ressources pour et par les adhérents (type forum…).

Conscients que le virtuel ne suffit par comme réponse, nous continuerons les réunions d’informations pour nos adhérents sur les dispositifs en cours (DRAC, Région, Mairie de Paris, …) avec les services concernés. Nous mettrons aussi en place des réunions d’auto-formations, de compagnonnage ou de conseils entre adhérents afin de répondre plus concrètement aux problématiques du secteur. Des temps de formations pourraient être proposés aux adhérent.e.s via le FDVA (Fond pour le Développement de la Vie Associative) pour lequel un dossier a été déposé cette année.

6- Quelle gouvernance ?

Gouvernance : mise en place de nouveaux modes de pilotage ou de régulation plus souples et éthiques, fondés sur un partenariat ouvert et éclairé entre différents acteurs.

La Fédération des Arts de la Rue en Ile-de-France doit poursuivre sa réflexion autour de la gouvernance de sa structure à toutes les échelles. Pour que cela soit réel et ne reste pas à l’état de projet, il faut en permanence rendre cette gouvernance concrète, sans s’interdire l’invention et l’expérimentation (exemple du mandat précédent à poursuivre : les présidences de séance tournantes pour chaque réunion). La nouvelle équipe a pour cela à sa disposition encore 2 jours de travail avec MCP Factory (Agence de conseil et développement de projets culturels), dans le prolongement de l’accompagnement du CA initié en 2017 et ayant entre autre permis de faire émerger la décision d’écriture collective du projet 2018.

PRISES DE RUE

1- Quels enjeux pour les "prises de rue" ?

La Fédération des Arts de la Rue en Ile-de-France souhaite densifier les occasions d'innovations et d'utilisation de pratiques artistiques dans l'espace public comme moyen de fédérer autour des questions collectives de ses adhérents. Ces questions peuvent être multiples et inclure d'autres problématiques liées à l'espace public sans être nécessairement d'ordre artistiques. L'enjeux est de remettre notre pratique au centre de nos actions, car si elle en est le sujet elle peut aussi en être l'outil.

2- Comment inventer ?

Dans la continuité des objectifs qui ont motivé la construction du "bureau mobile" en 2017, conçu pour pouvoir mettre en place des rendez-vous dans l’espace public, nous souhaitons proposer aux adhérent.e.s des temps de recherche afin de questionner et d'inventer des dispositifs qui nous permettent de diversifier nos actions. Ces actions : ludiques, poétiques, politiques, contestataires etc, dans la lignée des "Ripostes", chercheront à inventer le langage collectif et artistique de la Fédération des Arts de la Rue IDF. Langage qu’il nous semble fondamental de réassocier à celui officiel, administratif, associatif que nous pratiquons déjà. Une commission "Prises de rue" ouverte à tou.te.s sera créée.

3- Et Rue(s) Libre(s) ?

Dans le cadre des réflexions sur les prises de rue, nous revisiterons "Rue Libre", jusqu'ici identifié comme le rendez-vous annuel central de la profession organisé par la Fédération, qui pourrait être déployé lors de plusieurs rdv cette année : deS RueS LibreS ! Ce travail de ré-imagination collective se fera dans le cadre de la commission "Prises de rue".

STRATEGIE EN DIRECTION DES POLITIQUES CULTURELLES

1. La Région

  • La Fédération IDF maintiendra ses efforts dans le lien avec les élus et les services du Conseil Régional afin d’accompagner au mieux les structures Art de la Rue du territoire francilien dans leurs démarches et leur compréhension des dispositifs Région.
  • Le 6 février 2018 lors de la présentation de l’enquête "Espaces de création pour les Arts de la Rue en IDF", Mme Agnès Evren, Vice-Présidente du Conseil Régional d'Île-de-France chargée de l'Éducation et de la Culture, annonçait que la Région s‘engageait dans la mise en oeuvre d’un dispositif "Pôles Régionaux". La Fédération des Arts de la Rue IDF, qui porte ce projet depuis plusieurs années, poursuivra sa réflexion sur ce chantier en collaboration avec les élus régionaux, les acteurs du secteur, les départements et collectivités territoriales… en ayant pour objectif d’aboutir à l’élaboration d’un cahier des charges opérationnel de ces Pôles Régionaux.
  • La Fédération IDF se rapprochera des autres réseaux associatifs (CAC, RAVIV, Fédé MJC, etc.) de façon à mettre en oeuvre une stratégie commune pour exiger le retour d’un dispositif d’aide à l’emploi pérenne suite à la disparition de "l’emploi tremplin" et ce afin d’accompagner le secteur Art de la Rue dans sa nécessité de structuration.

2. La DRAC IDF

  • La Fédération IDF poursuivra son travail auprès de la DRAC de manière à intensifier la prise en compte du secteur Arts de la Rue et le développement de dispositifs d’aide spécifiques.
  • La DRAC IDF a récemment signifié l’envie d’engager avec la Fédération IDF une réflexion sur un SODAREP (Schéma d’Orientation et de Développement des Arts de la Rue et de l’Espace Public). L’une des missions du CA sera de définir un cadre de mise en oeuvre de ce chantier en regard des modalités d’accompagnement proposées par la DRAC. Ainsi que la recherche d’autres partenaires institutionnels susceptibles d’abonder la réflexion et le financement de ce type de projet.

3. La Mairie de Paris

  • La Fédération IDF s’emploiera à intensifier la reconnaissance des Arts de la Rue et la prise en compte de ses spécificités auprès de la Mairie de Paris lors de rdv avec Bruno Julliard, Premier Adjoint en charge de la Culture. Mais également en participant aux réunions d’informations (rénovation des Places / Petite Ceinture, les Olympiades de la Culture (JO)…) ; en accompagnant les opérateurs parisiens lors des réunions annuelles Mairie de Paris / Préfecture afin de poursuivre le dialogue amorcé en 2016 et de maintenir fermement sa position sur la liberté de création dans l’espace public.
  • La Fédération IDF continuera de solliciter l’obtention d’un lieu de fabrique Arts de la Rue à Paris à l’échelle de la capitale.

4. Les autres actions

  • Départements, Collectivités Territoriales, La Métropole du Grand Paris : La Fédération IDF portera une attention particulière à rendre plus visible le secteur des Arts de la Rue et ses spécificités en redynamisant les liens avec ces autres partenaires institutionnels (rencontres ; veille sur les grands chantiers culturels franciliens, les appels à projets, etc.)
  • OPP (Observation Participative et Partagée), 1% Travaux Public, Réseaux franciliens d’organisations culturelles : Toujours avec comme objectifs une meilleure visibilité de nos pratiques et l’affirmation de la pertinence de ses acteurs à accompagner les évolutions de l’espace public, plusieurs actions seront maintenues cette année :
    • L’observation du secteur Arts de la Rue, menée l’an passé dans le cadre de l’enquête « Espaces de création Arts de la Rue en IDF », sera reconduite.
    • Sur la question d’un financement d’un accompagnement artistique lors des travaux de réaménagement du territoire francilien, la Fédération IDF continuera d’initier des démarches telles que « le Labo 1% Travaux Public » à Cergy le 22 septembre 2017 permettant de croiser les expériences et de sensibiliser acteurs du secteur, élus, techniciens, aménageurs, urbanistes, architectes, etc.
    • La Fédération IDF poursuivra la dynamique collaborative avec les organisations franciliennes de l’UFISC dans le domaine des Politiques Publiques et sera représentée à la Chambre Régionale de L’Économie Sociale et Solidaire.